Partagez
cette
page

« L’alternance est une voie d’excellence parmi d’autres »

Publié le 14 Avril 2014

Jean-Michel Pottier,  Vice-Président AGEFA PME

Président de la commission
formation éducation de la CGPME

 

Comment promouvoir l’alternance, qui souffre parfois encore d’une image
de voie de garage ?

Il y a un certain nombre d’idées
reçues qui circulent sur l’alternance, qui prétendent que le niveau n’est pas
le même, que c’est plus facile... Je crois qu’au contraire c’est un exercice
difficile, parce qu’il demande à un jeune de réussir à la fois son parcours de
formation et son parcours professionnel, parce qu’il mène les deux de front,
avec un engagement exigent, plus exigent peut-être qu’un parcours de formation
initiale pure. Je pense qu’il faut absolument - parce que ce n’est pas toujours
le cas dans les milieux académiques - prendre cette dimension en compte. C’est
une forme d’acquisition de compétences qui, aussi, correspond à certains jeunes
plus qu’à d’autres. Et notamment à ceux qui ont besoin de concret dans leur
progression pédagogique. L’alternance est une voie de salut pour ces jeunes là,
et une voie d’excellence parmi d’autres.

 

La première difficulté est de trouver son entreprise. Comment s’y
prendre ?

Un jeune qui recherche un contrat
d’alternance est un demandeur d’emploi : c’est un vrai contrat de travail.
Mais il faut qu’il ait la mentalité d’un offreur de services. Ses chances de
trouver seront décuplées si, d’une part, il prend le temps de bien comprendre
l’activité de l’entreprise dans laquelle il postule et, d’autre part, s’il est
capable de se poser comme un offreur de services. « Vous faites telle
activité, moi je pense que je pourrais vous apporter quelque chose. »
C’est d’autant plus vrai lorsque l’on s’adresse à des TPE/PME. Car que sont ces
TPE/PME ? Ce sont des entreprises opportunistes : si le fait
d’insérer un jeune est une opportunité, l’entreprise va la saisir.

 

Faut-il favoriser ces TPE/PME ?

Les grandes entreprises sont très
attractives en raison d’un certain effet de masse. On se dit que, de toute
façon, ils prennent tout le temps des contrats d’alternance, qu’ils n’en
prennent pas un mais 10, 50, qu’on a donc plus de chances d’être pris et qu’on
pourra faire carrière...  Je crois qu’il
faut regarder les choses en face : où se crée l’emploi en France ?
Très majoritairement dans les TPE/PME. Les grandes entreprises, depuis
plusieurs années, ont tendance d’ailleurs à réduire leurs effectifs, pas les
augmenter. Mais il faut être bien conscient de ce que l’on cherche. Vouloir
s’insérer dans une TPE/PME, c’est accepter le jeu de la polyvalence. Une
polyvalence qui n’est pas réservée au jeune qui vient d’arriver, elle va du
patron jusqu’au dernier des salariés. L’hyperspécialisation est plutôt le fait
des grandes entreprises, la polyvalence celui de la TPE/PME. Certains vont considérer
que telle ou telle tâche n’est pas valorisante... Moi je pense que c’est
vraiment un atout majeur dans une carrière professionnelle. Atout qui est
d’ailleurs fortement apprécié par les grandes entreprises ensuite, parce que
beaucoup d’entre elles gèrent leurs services comme des PME.

 

Retour

Toute l'actualité de l'Emploi
Tous les articles
Toute l'actualité en Belgique avec [Références
Tous les articles
Alternance : Se former, se professionnaliser
Tous les articles
identification