Vous êtes ici

5 idées reçues sur la chasse de tête

Publié le 7 Juillet 2017

Les chasseurs de tête ont parfois mauvaise réputation auprès des candidats. Très spécifique, le métier reste encore méconnu et les idées reçues bien ancrées dans les esprits. On les lève avec ProFind RH, le cabinet de recrutement spécialisé dans l’approche directe, créé il y a 4 ans à Roubaix par deux jeunes associés, Fanny Memma et Jérémy Bonte. 
 
Un chasseur de tête trouve du travail aux candidats qui le contactent. FAUX.
En réalité, c’est tout l’inverse d’une méthode classique de recrutement. Contrairement aux cabinets de recrutement classique, un chasseur de tête ne dispose pas d’une CVthèque qu’il alimente régulièrement. Il suit un processus très minutieux de ciblage des entreprises et d’identification des personnes potentiellement intéressantes pour un projet de recrutement confié par une entreprise cliente à l’instant donné. Son client, c’est la société qui recrute. Sa mission n’est donc pas de vous trouver un poste, mais de trouver le plus vite possible un candidat qui convienne à son client. 
 
2. Leurs méthodes de travail et leurs process de recrutement sont opaques. FAUX.
Il est vrai que de nombreux acteurs sur le marché de la chasse de tête mélangent plusieurs méthodes de sourcing (réseaux sociaux, web trackers notamment) sans toujours suivre une ligne de conduite éthique. Quand un chasseur de tête s’engage à travailler pour une entreprise, il va analyser son marché et sera amené à contacter des collaborateurs de la concurrence. Cela implique de fortes notions de confidentialité et d’éthique à respecter pour une démarche la plus transparente possible. 
 
3. Un chasseur de tête est spécialiste d’un secteur d’activité. FAUX.
Comme on l’a dit ci-dessus, un vrai chasseur de tête est tenu par des obligations d’éthique, ce qui veut dire qu’il ne peut pas travailler avec tous les acteurs du même secteur. En revanche, se spécialiser dans des types de profils comme les cadres ou les commerciaux par exemple permet d’accumuler de l’expérience sur différents marchés afin de mieux conseiller ses clients.  
 
4. Il ne donne jamais suite aux candidatures. FAUX.
Question de savoir-vivre pour certains. Cependant, le minimum de respect envers une candidature revient à informer de son appréciation, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Un chasseur de tête, dans son rôle d’expert, peut d’ailleurs suggérer des axes de progrès et donner des conseils aux candidats qui pourront s’avérer utiles pour la suite de sa carrière professionnelle. 
 
5. Un bon chasseur de tête peut proposer d’autres services comme la formation, l’outplacement, le coaching. VRAI et FAUX.
Nous considérons pour notre part que le métier de chasseur de tête relève d’une expertise pointue, d’un savoir-faire exclusif. Mais libre à chacun de s’improviser coach, formateur ou autre conseiller en ressources humaines en plus d’être recruteur. 
 
A lire sur le même sujet :
 
 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles