Vous êtes ici

Aider les autres : une vocation ?

Publié le 11 Mai 2015

C'est un secteur porteur, en plein développement, un secteur d’avenir qui se construit autour d’une multitude de métiers. Au-delà des diplômes, ces métiers requièrent immanquablement une appétence pour le travail social avec tout ce que cela comporte en termes de relations humaines.

« C’est un des rares secteurs qui peut recruter beaucoup, qui offre des emplois non délocalisables, accessibles souvent sans diplôme et où l’on peut rapidement évoluer et faire carrière », indique Marlène Wojciechowski, directrice régionale Nord de O2, numéro 1 des services à domicile dans la région, qui annonce entre 300 et 400 recrutements en 2015. Le travail à domicile a l’avantage d’être un métier où l’on est très autonome et où l’on a le loisir de s’organiser à sa convenance. En effet, pour la grande majorité des salariés, le temps partiel n’est pas subi mais voulu. Et pour les personnes qui souhaitent un complément d’activité, « nous avons établi des partenariats avec des mairies et des crèches pour permettre à nos intervenants d’optimiser leurs heures de travail » , ajoute la dirigeante. Le secteur souffre néanmoins d’un fort taux d’absentéisme et d’un turn-over important, « notamment dans le secteur de l’aide-ménagère, moins dans l’aide aux personnes âgées ou en garde d’enfants où les personnes se sentent investies d’une mission ».

Le savoir-être ne suffit pas

Vecteurs de lien social et de solidarité, ces métiers requièrent des valeurs humaines fortes. « La mission de l’auxiliaire de vie est d’aider la personne à maintenir son autonomie pour qu’elle puisse rester chez elle le plus longtemps possible. C’est un métier porteur de sens. Quand on referme la porte, même si on a juste donné un coup de balai et vidé un pot, on sait que la personne, grâce à nous, est mieux. Ce qu’on fait a un sens, c’est une école de la vie » , explique Graziela, auxiliaire de vie depuis 25 ans à Armentières. De son côté, Nicolas Pastour, ancien cadre dans l’industrie, a décidé à la cinquantaine de changer de cap professionnel. Il a créé sa propre structure d’aide à domicile, à Roubaix, en s’appuyant sur un réseau national déjà existant : « Le cœur de métier d’Ad Seniors est le soin ». Spécialisée dans deux pathologies importantes, la sclérose en plaque et la maladie d’Alzheimer, la structure emploie une vingtaine d’intervenants. Très exigeant dans son recrutement, le gérant recherche des personnes diplômées, qu’il spécialisera ensuite en fonction de leur personnalité et de leur appétence. « C’est un métier où tout le monde croit savoir faire. Certes, le côté humain est essentiel, mais le savoir-faire, la maitrise des gestes techniques notamment pour des publics fragilisés, l’est tout autant » , explique Nicolas Pastour, qui a prévu de renforcer son équipe d’une dizaine de personnes avant la fin de l’année. Enfin, n’oubliez pas que, dans l’aide aux personnes à domicile, un point fait souvent la différence : avoir son permis et une voiture !

A SAVOIR

Le secteur des services à la personne englobe 21 activités dans 3 principaux domaines : les services aux personnes dépendantes (assistance aux personnes âgées ou handicapées, garde-malade...) ; les services de la vie quotidienne (travaux ménagers, jardinage, petit bricolage...) ; les services à la famille (garde d'enfants, cours à domicile).

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles