Vous êtes ici

Ambitieuses,et alors ?

Publié le 6 Mars 2015

Selon l’INSEE, l’entrepreneuriat féminin représente 30% des porteurs de projets dans la région. Pourtant, plus de 50% des personnes qui déclarent avoir envie de créer sont des femmes*.

Dans l’entreprise, alors qu’elles représentent 45 % de la population active, les femmes occupent encore trop rarement des postes à responsabilité.

En septembre 2014, Jean-François Cordet, préfet de la région Nord – Pas-de-Calais, inaugurait le Salon Créer par la signature d’une convention pour la mise en œuvre d’un plan d’actions régional de promotion de l’entrepreneuriat féminin dans la région. Il s’était d’ailleurs « réjouit de cette initiative pour faire tomber les barrières culturelles, psychologiques voire financières, et faire en sorte que la création d’entreprises soit accessible à tous ceux qui souhaitent s’épanouir à travers la prise d’initiative ».

Eglantine Richard, 35 ans, et Candice Chevalet, 30 ans, sont toutes deux associées chez Six Feet Over depuis 2011, une agence conseil en communication RH installée à Orchies. Elles disent n’avoir rencontré aucun obstacle dans leur aventure entrepreneuriale : « Au contraire, nous avons été formidablement accompagnées, que ce soit par la CCI ou par les banques. Plutôt que deux femmes, nos interlocuteurs ont d’abord vu deux personnes avec une vraie expertise. Car l’expertise prime sur tous les clivages et les étiquettes », insiste Eglantine. « On a envie d’être reconnues pour ce que l’on sait faire et ce que l’on fait bien. Ce n’est pas sur un coup de décolleté qu’on va gagner un client », résume plus crûment Candice. Au quotidien, les deux jeunes femmes constatent que la parité homme/femme reste une préoccupation des entreprises qu’elles accompagnent. « Bien sûr, tout dépend du secteur d’activité. Mais globalement, il y a une prise de conscience qu’il faut trouver un équilibre homme/femme dans l’entreprise, au même titre que l’emploi des seniors ou des personnes en situation de handicap. Il y a encore du travail, mais on avance : l’entreprise doit se libérer pour continuer à progresser ».

Le plafond de verre reste une réalité

Un propos que nuance Eva Escandon : « Le plafond de verre, ce fameux barrage qui empêche les femmes d’accéder à des responsabilités, existe encore. La conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle est toujours au cœur des préoccupations : au moment où elles pourraient accéder à des postes plus importants, vers 35/40 ans, les femmes sont tentées par la maternité. Et, si les hommes s’impliquent davantage à la maison, ce sont encore les femmes qui assument à 80%. Tout cela a une incidence sur leur carrière, leur présence à des postes à responsabilités, leur représentation au sein des institutions économiques du pays ».

* APCE, Région Nord-Pas de Calais

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles