Vous êtes ici

Christine, 29 ans, analyste-programmeur

Publié le 24 Novembre 2016

En CDI chez Actif Solution depuis deux ans et demi, la jeune femme s’épanouit pleinement dans une fonction en voie de féminisation et dans une ESN qui emploie près de 40% de femmes.

Christine est née et a grandi en Belgique. Au cours de ses dernières années de lycée, elle choisit l’option informatique et découvre l’univers de ces métiers. Un univers qui la séduit et la conduit à des études supérieures en informatique, niveau Bac + 3. Après un premier emploi dans une PME belge, elle s’installe en France et décroche ce poste chez Actif Solution, lors d’un Activ’Day organisé par l’entreprise de Marcq-en-Barœul. Comme tous les jeunes recrutés, Christine débute par la fonction de développeur, première marche du métier d’informaticien. Egalement appelée analyste-programmeur, cette fonction-clé représente 70% des effectifs régionaux d’Actif Solution. C’est elle qui est chargée de développer - sous la direction du chef de projet - une partie d’un programme, voire l’intégralité d’un logiciel ou d’une application. Pour ce faire, elle consulte le cahier des charges, l’étudie et décompose les différentes fonctions et usages du projet attendu par le client. Ensuite, elle détermine un planning d’exécution ainsi qu’une ou plusieurs solutions techniques avant de développer l’application commandée. « J’aime mon métier parce qu’il n’est jamais répétitif et par ce qu’il est vraiment concret. Je peux voir instantanément le résultat de mon travail », explique la jeune informaticienne. « Comme Christine est en train d’évoluer sur un poste de référent technique, avec la responsabilité d’une équipe, elle touchera moins au développement », indique Laura Poulet-Wallaere, sa directrice d’agence. Pour Christine, il s’agira dorénavant de gérer une équipe de trois à huit personnes (selon le projet du client), de répartir au mieux le travail pour pouvoir finir dans les délais prévus, d’intervenir en renfort sur des points techniques particuliers ou sur du développement plus complexe. Une mission pour laquelle la jeune femme possède toutes les qualités : un sens de la communication (« pour pouvoir bien expliquer ce qu’on a prévu de faire aux autres personnes de l’équipe ou à la personne qui va assurer le développement ») , l’esprit d’équipe (loin de l’image de l’informaticien qui travaille tout seul dans son coin, devant son écran), de la logique et un bon esprit d’analyse.

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles