Vous êtes ici

Comment envisager une fin de carrière ?

Tags : Retraite - Travail -
Publié le 8 Décembre 2017

Votre date de départ à la retraite approche et vous vous demandez comment s’effectuera votre départ de l’entreprise. Vous pouvez partir de votre propre initiative ou votre employeur peut décider de vous mettre à la retraite. Tour d’horizon des trois dispositifs en vigueur dans les entreprises.  
 
La retraite progressive.
 
Elle correspond principalement aux besoins des moyennes et grandes entreprises. Ces dernières ont en effet les capacités de compenser en interne la charge de travail d’un salarié qui travaille à temps partiel (de 40% à 80%) dans le cadre d’une transition pas à pas vers la retraite. À l’inverse, les entreprises les plus petites ont plus de difficultés à transférer des tâches au sein d’un effectif déjà réduit. Dans tous les cas, les salariés plébiscitent ce système qui leur permet de bénéficier d’une partie de leur retraite, versée par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse jusqu’à la fin de leur durée de cotisation. Les conditions d’accès à ce système sont strictes : le collaborateur doit être salarié, avoir plus de 60 ans et avoir cotisé 150 trimestres tous régimes de base confondus, et ne pas être VRP ni cadre au forfait-jour. Ce système fonctionne sur la base du volontariat, d’où l’importance de recenser les salariés réunissant ces conditions et de les informer en temps et en heure de la mise en place du dispositif. 
 
Le congé de fin de carrière.
 
Il est plus adapté aux grandes entreprises. Les salariés peuvent partir en retraite un certain nombre de jours à l’avance, nombre correspondant aux jours de RTT et congés non pris et abondés sur leur Compte Épargne Temps (CET). Pour l’entreprise, cela implique le provisionnement des jours de congés, une charge potentiellement lourde si le nombre de salariés est important. Ce dispositif a pour avantage un financement direct par les salariés de leur départ anticipé en retraite. Il est particulièrement adapté aux entreprises, secteurs et fonctions qui connaissent des rythmes de travail soutenus : les salariés ne « perdent » pas les jours de repos qu’ils ne peuvent prendre au cours de leur carrière. 
 
La pré-retraite.
 
Solution la plus consensuelle, la préretraite se pose comme le dispositif de fin de carrière le plus équilibré. À la suite d’un accord d’entreprise, la société met en place un régime qui permet un départ anticipé des salariés selon des conditions connues par toutes les parties prenantes : âge et ancienneté requis, durée de portage, taux d’allocation de remplacement, niveau de protection sociale accordé aux préretraités, etc. La mise en place d’un plan de préretraite rassure les salariés quant à la volonté de l’entreprise d’accompagner dans de bonnes conditions ses seniors vers la retraite, et favorise la cohésion sociale sur l’ensemble des salariés. 
 
À lire sur le même sujet : 
 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles