Vous êtes ici

De l’idée à la commercialisation, tous les métiers sont représentés

Tags : Commercial -
Publié le 21 Mai 2015

Conception, design, modélisation, innovation, simulation, mise au point, fabrication, vente ... l’automobile fait travailler 35 000 personnes dans la région.

De la conception à la construction

Du bureau d’études au premier crash test, des ingénieurs et des designers conçoivent, dessinent, élaborent et testent un prototype. Des techniciens fabriquent les différentes pièces du véhicule, puis les opérateurs les assemblent sur une chaîne de montage. « S’il n’y a pas encore de recrutements prévus à court terme chez les constructeurs, les équipementiers de la région, notamment de rang 2 et plus, expriment des besoins en production, en maintenance et pour l’encadrement », affirme Véronique Ruotte. Aujourd’hui, les constructeurs et équipementiers peinent à recruter des ouvriers qualifiés (conducteurs d’équipement industriel, monteurs sur ligne, emboutissage, etc.). « Les métiers de l’outillage, de la maintenance et de la métrologie, qui sont annexes à la production, sont également en tension, car ils manquent d’attrait auprès des jeunes notamment », remarque Luc Messien, délégué général de l’ARIA.

Les services, un secteur dynamique

Vente, service après-vente, location, assurances et crédits automobiles, de nombreux postes commerciaux sont à pourvoir. « Nous recrutons des commerciaux et des conseillers clients ainsi que des profils techniques (carrossiers, mécaniciens) », indique Séverine Fasquel, responsable des ressources humaines pour le groupe Auto Expo, 10points de vente et 400salariés dans la région. Pour recruter des jeunes motivés et opérationnels rapidement, l’entreprise a régulièrement recours à l’alternance, via le GNFA (Groupement National Formation Automobile) de Rouvignies qui « a l’avantage de former aux métiers de l’automobile en général mais également à la marque. A l’issue de leur formation, ces jeunes maitrisent le process de vente ».

Du CAP/BEP au bac +5, choisissez la formation adaptée

Le niveau des futurs mécaniciens s’est élevé : il est préférable d’avoir un bac STI Génie mécanique ou un bac pro maintenance de véhicules plutôt qu’un CAP en maintenance des véhicules automobiles. Dans la région, de nombreux lycées forment aux bacs professionnels MVA (maintenance de véhicules automobiles), maintenance des matériels, réparation des carrosseries, technicien d’usinage, électrotechnique, etc.

Pour être technicien, visez le BTS : en deux ans après le bac, le BTS Mava (maintenance et après-vente automobile), option véhicules industriels ou particuliers, et le BTS MCI (moteurs à combustion interne) sont recommandés à ceux qui veulent se spécialiser. Dans la région, il existe 4 BTS IPM (Industrialisation des Produits Mécaniques) proposés en alternance dans les CFAI de Valenciennes, Hautmont, Montigny-en-Gohelle et Condé-sur-l’Escaut.

Les écoles d’ingénieurs : dans la région, Polytech Lille, l’ENSAM ou encore l’Université du Hainaut Cambrésis (avec l’ENSIAME Valenciennes) proposent des masters spécialisés sur les métiers de l’automobile.

Des écoles chez les constructeurs :les constructeurs forment également leurs commerciaux au sein de leurs propres écoles, comme l’Ecole de Vente Renault et l’Institut supérieur de la vente Peugeot. De plus, il existe en France de nombreuses écoles spécialisées dans le secteur de l’automobile, parmi lesquelles l’IEMS (Institut européen de formation aux mécaniques sportives), l’ISCAM (Institut Supérieur du Commerce Automobile du Mans), l’EPMECA (Ecole Préparatoire au Monitorat d’Enseignement de la Conduite Automobile) et l’ESTACA (Ecole Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Construction Automobile).

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles