Vous êtes ici

Du BTS au MBA, des formations hôtellerie/restauration pour tous les goûts

Publié le 16 Novembre 2015

L'une des particularités du secteur de l’hôtellerie-restauration et du tourisme est d'offrir des débouchés professionnels intéressants à tous les niveaux de formation.

Il existe ainsi, avant le bac, une vingtaine de diplômes, du CAP (certificat d'aptitude professionnelle) de cuisine au bac techno hôtellerie. Après le bac, le BTS hôtellerie-restauration et le BTS tourisme, diplômes phares du secteur, sont accessibles aux bacheliers généraux après une année de mise à niveau. A bac +2, il existe plusieurs licences pro hôtellerie et tourisme. Diplôme de niveau bac +3, le Bachelor est également apprécié des étudiants. A Lille, l’ESH (Ecole Supérieure des Hautes études en Hôtellerie-restauration et aux métiers du Tourisme) est la seule école au nord de Paris à proposer des formations intégrées d’hôtellerie, de restauration et de tourisme. « Nous considérons que l’hôtellerie-restauration et le tourisme ne sont pas distincts : là où il y a du tourisme, il y a de l’hôtellerie et de la restauration, et inversement. Nous ne dissocions pas les formations, comme c’est habituellement le cas. Ainsi, au sein de l’ESH, les métiers sont abordés dans une seule et unique vision : celle de l’industrie du voyage », explique Benoit Salmon, directeur de cette école hôtelière basée à Tourcoing.

 

Un des secteurs les plus ouverts à l’alternance

Outre deux BTS et deux bachelors Tourisme & Evénementiel et Tourisme & Hôtellerie, l’ESH Lille propose un Mastère Management et Marketing des Métiers de la Restauration ainsi qu’un Mastère of Science Management et Marketing des secteurs Voyage, Hôtellerie et tourisme. Développé sur une ou deux années intégrées à l’ESH Lille, ce diplôme délivré en partenariat avec le groupe TBS (Toulouse Business School) est accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles. Une partie de la formation y est dispensée en anglais, prérequis obligatoire pour faire carrière dans le secteur. Avec un taux de placement de 100 %, les étudiants de l’ESH Lille, comme ceux des autres écoles en France, sortent avec un emploi garanti. « Je ne connais pas un étudiant qui ait fait des études de tourisme et qui soit aujourd’hui au chômage », confirme Benoit Salmon. Enfin, le secteur du tourisme et de l’hôtellerie-restauration est connu pour sa tradition d'alternance. Une réputation justifiée, puisqu'il se place en deuxième position, derrière le secteur du commerce et de la vente, pour le nombre d'apprentis recrutés. L’avantage d’une formation en alternance est qu’elle permet à l’entreprise d’accueil de former ses apprentis à ses propres méthodes de travail, à ses habitudes et à son environnement. Les grands groupes du secteur continuent à recruter en alternance. « Pour la plupart des employeurs de l'hôtellerie-restauration, l'alternance est un mode de pré recrutement. Nous souhaitons évidemment garder chez nous les jeunes que nous avons formés : actuellement, nous arrivons à garder plus de 40 % de nos alternants en CDI à la suite de leur apprentissage », confirme Julien Leguillon, responsable du développement RH du Groupe Flo (Bistrot Romain, Hippopotamus, etc.).

 

En bref...

 

Les Bac+4/5 : peu nombreux, mais pourtant recherchés

Si vous souhaitez devenir manager ou occuper un poste stratégique dans le secteur du tourisme, vous allez devoir obtenir un diplôme de niveau bac +5/6. Réputé pour manquer de personnel, ce secteur, et particulièrement l’hôtellerie-restauration, recrute cependant assez peu de diplômés bac +4 et +5, ces niveaux de qualification étant réservés aux postes de management voire de direction d’établissement. Parce que le secteur du tourisme recherche des profils de gestionnaires et de managers, les écoles de commerce semblent être la filière idéale pour se former. Et ce d’autant plus que certains établissements ont décidé de proposer des cursus spécialisés dans le tourisme. Ainsi l’une des premières à se lancer fut l’ESC La Rochelle en 2002 avec La Rochelle Business School of Tourism. Elle y propose notamment un MBA Tourisme dont l’objectif est de former des cadres capables de répondre aux nouveaux défis du secteur. L’ESC La Rochelle propose désormais un Master in Tourism and Hospitality Management, totalement en anglais. L’ESC Troyes propose une filière EMVOL, accessible après le bac ou un bac +2 pour le programme Bachelor, ou après un bac +3 pour le MBA. Son objectif : former des managers du tourisme capables d’évoluer dans un domaine multiculturel et à forte valeur ajoutée. Ainsi dans le MBA, l’enseignement se déroule à 100 % en anglais et un semestre à l’étranger permet d’obtenir un double diplôme avec une université étrangère partenaire. Il permet de se spécialiser dans un de ces deux domaines : tourisme de luxe ou tourisme d’affaires et l’événementiel. Autre école à s’être lancée dans ce secteur : l’ESG (École supérieure de gestion) avec son MBA Management du Tourisme et de l’Hôtellerie. Là aussi, il s’agit de former des cadres polyvalents, capables de maîtriser les dimensions marketing, commerciales, financières et humaines des produits et services touristiques, et de concevoir de nouveaux produits internationaux.

 

Un site à découvrir

Proposé par le ministère de l'Economie, de l'industrie et de l'emploi, le site Les métiers de l'hôtellerie-restauration s'adresse aux jeunes qui souhaitent s'informer sur les multiples métiers du secteur. Au menu, 35fiches métiers, des vidéos, des témoignages, des pages d'actu, etc.

www.metiers-hotel-resto.fr

 

20 mesures de soutien à la filière touristique !

Si la France est la première destination touristique au monde, elle n’est que 3e en termes de recettes. Pour faire du tourisme français le premier au monde, le Gouvernement a mis en place en juin 2014 un véritable plan de bataille. Le 11juin 2015, après avoir reçu le rapport du Conseil de promotion du tourisme, Laurent Fabius a lancé la phase2 de la mobilisation, qui cible 4domaines essentiels : le numérique, l'accueil, l’investissement et la valorisation des métiers du tourisme et formation. Sur ce point, « la création d’une conférence des établissements d’excellence est nécessaire pour améliorer la visibilité de l’offre de formation. La création d’une chaire de recherche consacrée au tourisme devrait contribuer à mieux fédérer les milieux académiques et professionnels du secteur. Enfin, la formation en ligne sera développée », a-t-il annoncé.

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles