Vous êtes ici

Dunkerque, Calais, Boulogne: à chaque territoire, sa spécificité

Publié le 10 Avril 2015

Trois territoires, trois pôles économiques qui tentent de se distinguer par des activités spécifiques, souvent héritées de leur histoire. «Chaque territoire essaie de se différencier. Nous espérons être complémentaires plutôt que concurrents», explique Franck Helias, directeur de Dunkerque Promotion.

« Plus de 50% des activités industrielles du Pas-de-Calais se trouvent sur le bassin d’emploi de Dunkerque, ce qui fait de lui un territoire plus puissant économiquement », rapporte Franck Helias. Il cite les projets d’envergure qui ont permis de maintenir le territoire. Parmi eux, l’arrivée fin 2013 de Kubota à Bierne : le constructeur japonais de tracteurs agricoles va créer 140 emplois d’ici 2017 et générer un investissement de plus de 60 millions d’euros. La société belge Technochem vient d’annoncer la création sur le site Total à Mardyck d’Ecofos, site de production de phosphates, avec une centaine d’emplois à la clé. Enfin, OVH a implanté en 2013 à Gravelines son plus gros Datacenter : 400 000 serveurs installés au fil de l’eau, 180 millions d’euros d’investissements, une centaine de salariés à terme.

Le Fab’Lab a ouvert à Calais

Du côté de Calais, tous les regards sont tournés vers le projet Calais Port 2015. Ce projet portuaire ambitieux devrait créer 2 000 emplois. Plusieurs centaines d’emplois devraient être pérennisés à l’issue du chantier. C’est dire l’importance du projet pour ce territoire qui affiche un taux de chômage de 16,1% (un des cinq premiers taux de chômage de France). Malgré une population très jeune - 40,9% de la population a moins de 30 ans -, le Calaisis perd des actifs chaque année. Le Calaisis, qui a récemment amorcé sa tertiarisation, a bénéficié d’un renouveau économique dès 1987 grâce à la construction du tunnel sous la Manche et l’implantation d’Eurotunnel, qui est aujourd’hui le premier employeur privé du territoire. Retenu par l’Etat en 2013, l’atelier de fabrication numérique Fab’Lab a ouvert ses portes début janvier dans les locaux de l’accélérateur de start-up Tektos et devrait contribuer à bâtir un véritable écosystème numérique sur le territoire, emplois à la clé !

En attendant le grand Nausicaà

De son côté, avec un taux de chômage de 14,1%, le Boulonnais est à la peine. Tous les métiers de la filière pêche y sont présents (mareyage, filetage, conserve, salaison, transformation) ainsi que ceux liés à la valorisation des produits, coproduits et alimentation animale. Des entreprises de conditionnement et de préparation de produits élaborés y sont implantées, comme Marine Harvest, le géant norvégien du saumon qui a construit en 2012 son usine à Capécure. Côté tourisme, le chantier du grand Nausicaà, qui vise à donner au territoire une dimension touristique d'exception, va générer des emplois pour le Boulonnais dès cette année : 25 millions d'euros de retombées économiques sont d'ores et déjà prévus pour les entreprises locales jusqu’en 2018.

A savoir :

La Côte d’Opale abrite également le pôle de compétitivité i-Trans, spécialisé dans les domaines des transports terrestres durables et de la logistique, reconnu parmi les plus performants de France et devenu le pôle référent pour le ferroviaire au niveau national.

 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles