Vous êtes ici

Ecoles de production : une alternative au «décrochage» des jeunes

Publié le 10 Mars 2017

Avec une pédagogie basée sur le principe du «faire pour apprendre», ces établissements privés d’enseignement technique forment chaque année des jeunes de 15/16 ans que l’on dit "en décrochage". Il en existe vingt en France, dont quatre dans la région avec la toute nouvelle école de production automobile de Lens.

La quatrième école de production automobile en région Hauts-de-France est lensoise. Depuis le 2 mars, l’EPAL forme huit jeunes, sortis du système scolaire, aux métiers de la maintenance automobile. « Le lancement de cette première promotion est l’aboutissement d’un processus engagé depuis deux ans. Nous avons sollicité l’ensemble des prescripteurs, c’est-à-dire les collèges, les lycées, les missions locales, la Maison des ados du secteur Lens-Hénin-Carvin afin d’identifier des profils intéressants. Et nous avons noué des partenariats avec des professionnels de l’automobile et les entreprises locales pour nous accompagner dans ce projet », explique Marc Saint Olive, président très impliqué de l’EPAL.

 

100% d’insertion professionnelle

Ecole hors contrat, bénéficiant d’une autorisation d’ouverture accordée par le rectorat, l’EPAL s’est installée au CFA d’Arras en attendant de pouvoir emménager définitivement dans ses locaux lensois. Les élèves suivront vingt-cinq heures de formation hebdomadaires au sein du garage et sept heures d’enseignements généraux assurés par des bénévoles. C’est là toute l’originalité du projet pédagogique : les activités de production et de formation sont réalisées sur un site unique, au sein d’un atelier de production qui sert de support pédagogique à la formation et en contact direct avec les clients. « Les élèves ne travaillent pas pour la note mais bien pour satisfaire un client. La relation maître/élève prend une dimension différente : ici, ce n’est pas un face-à-face mais un côte-à-côte pédagogique. Maître et élève travaillent tous deux sur la voiture d’un client, avec un niveau d’exigence partagé », insiste Marc Saint Olive. Les jeunes choisis pour rejoindre cette première promotion l’ont tous été sur des critères de motivation. Car dans cette aventure, rappelle-t-il, « notre objectif est d’accueillir ces jeunes avec bienveillance et exigence, de les accompagner pendant deux ans pour leur donner une qualification et un diplôme, et bien souvent pour leur redonner confiance en eux, et enfin de les aider à trouver un travail grâce à notre réseau de partenaires ». Un modèle original, valorisant et responsabilisant qui a fait ses preuves : 90% de réussite aux examens au niveau national et une insertion professionnelle qui avoisine les 100%.

 

A lire sur le même sujet :

Et découvrez toutes nos offres d'emploi

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles