Vous êtes ici

Elles bougent®… pour susciter des vocations

Publié le 10 Mars 2016

L’industrie est en route vers une féminisation de ses effectifs. Des initiatives sont prises un peu partout pour sensibiliser en amont sur les différents métiers. Fondée en 2005, l’association Elles bougent® a été un précurseur dans ce domaine. 
 
Transmettre la passion, susciter des vocations, tel est l’objectif de l’association Elles bougent® fondée il y a 10 ans par Marie-Sophie Pawlak, ingénieur de formation. Après un parcours professionnel dans l’industrie automobile, elle se tourne vers l’enseignement supérieur en tant que directrice des relations industrielles de l’ESTACA (École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile). « En questionnant les entreprises de l’industrie sur les profils recherchés, voici ce qu’elles me répondaient : nous voulons davantage de femmes », se souvient-elle. Dès lors, comment faire venir les jeunes filles à ces métiers ? Et comment expliquer ce paradoxe : alors qu’il existe une totale parité garçons/filles dans les classes de la filière S, les filles se dispersent dans les études supérieures, se dirigeant vers des métiers scientifiques plus féminins (médecine, paramédical, enseignement). « Aujourd’hui, il y a 28% de filles dans les écoles d’ingénieur. Si l’on retire les sciences du vivant, il en reste 20%. Mais il y a quelques années, elles n’étaient que 10%. Les écoles ont compris qu’en menant des actions de sensibilisation, on pouvait décoincer certains nœuds dans les esprits des jeunes filles et de leurs parents et prescripteurs ».
 
En créant Elles bougent®, Marie-Sophie Pawlak fait se rencontrer des jeunes filles au moment de leur orientation avec des femmes ingénieurs en poste. « Des femmes qui n’ont rien perdu de leur féminité au prétexte qu’elles travaillent dans un univers masculin, des femmes qui leur ressemblent », ajoute-t-elle. Aujourd’hui, l’association organise 200 événements par an en France, compte 2 500 marraines et 90 partenaires, entreprises et établissements supérieurs. Elle ouvrira d’ici septembre une antenne dans la région. 
 

Parole d’expert

 
Véronique Ruotte – Directrice Emploi et Formation UIMM Nord Pas-de-Calais et pôles d’excellence automobile et mécanique
 
Quelle place aujourd’hui pour les femmes dans l’industrie ? 
L’industrie recrute et a besoin de forces vives. Les femmes y ont tout à fait leur place, à n’importe quel niveau de la hiérarchie. Elles sont appréciées dans les métiers techniques où elles sont reconnues pour être minutieuses et précises. Si ces métiers restent très masculins, le secteur de l’industrie offre aux femmes l’opportunité de s’épanouir dans d’autres métiers connexes : les achats, la vente, le marketing, etc. 
 
Alors pourquoi sont-elles encore si peu nombreuses ? 
Les femmes ne  sont pas attirées par les métiers industriels car elles n’y sont simplement pas préparées. La réalité est toujours la même : on n’éduque pas un garçon comme on éduque une fille. Mais les choses évoluent doucement. C’est le sens du travail que nous menons, en partenariat avec les pôles d’excellence. Nous proposons des actions d’information dans les collèges, les lycées, les forums, nous partons à la rencontre de professionnelles qui ont choisi de travailler dans l’industrie et qui  s’y épanouissent. 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles