Vous êtes ici

Entretien : 3 premières minutes qui font la différence

Publié le 19 Octobre 2017

Dans un entretien d’embauche, on dit souvent que les trois premières minutes sont décisives. Les premiers mots, la voix, la poignée de main, une posture, un sourire… dans la vie comme ici, la première impression est souvent la bonne. Quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté… et le recruteur dans votre poche. 
 
Dans un entretien, la forme compte tout autant que le fond. Pensez avant tout à donner une image de vous qui soit positive, qui vous ressemble. Les recruteurs sont très attentifs à la gestuelle. Le secret du succès : trouver le juste équilibre. Soyez souriant sans en faire trop, montrez que vous êtes détendu sans pour autant pour vous croire au Club Med. Le regard a lui aussi son importance : fuyant ou tourné vers le sol, il révèle une personnalité effacée ; droit dans les yeux, il peut risquer de mettre mal à l’aise. Tout est question de dosage. 
 
L'attitude gestuelle doit être en corrélation avec votre discours. « Le corps compte plus que les mots. Cette primauté du langage corporel est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une mauvaise parce qu’il va falloir contrôler bien plus de choses que nous ne le pensions. Une bonne nouvelle aussi car il n’est pas nécessaire d’avoir une vie intéressante et quantité de choses à raconter pour faire bonne impression. Non, il suffit de dire à nos expressions que nous sommes très contents d’être là, heureux de faire connaissance et prêts à l’échange », écrit Patricia Delahaie dans son ouvrage « Comment plaire en 3 minutes ». 
 
Comment ? Pensez aux gestes d'ouverture, évitez les bras croisés. En maîtrisant votre langage corporel, vous ferez sentir au recruteur que vous gérez la situation. Ne répondez pas seulement par oui ou non, restez ouvert sans être trop bavard. Tenez-vous bien, tenez-vous droit, inutile d’envahir l’employeur en posant les coudes sur son bureau. En bref, ayez une attitude positive et d’ouverture. Sans négliger le détail qui tue : la fameuse poignée de main ! Au début comme à l’issue de l’entretien, elle doit être ferme et convaincante, sans pour autant écraser la main du recruteur qui risquerait d’en garder un souvenir pénible.   
 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles