Vous êtes ici

Expatriation : avez-vous pensé à tout?

Publié le 12 Février 2016

S’expatrier seul, en famille, pour quelques mois ou plusieurs années, cela ne s’improvise pas. Quelques conseils pour réussir son expatriation.

Repérer les lieux avant de partir. Une expatriation peut coûter cher lorsqu’elle est mal vécue et oblige à un retour prématuré. Il est donc important de bien se renseigner sur les conditions de vie dans le pays d'accueil, surtout quand on part avec conjoint et enfants. « Renseignez-vous bien sur le pays que vous avez choisi, regardez bien ce que vous y gagnerez mais aussi ce que vous y perdrez… bref, ne partez pas sans savoir à quoi vous attendre. Car vous vous rendrez compte rapidement qu’en France nous avons beaucoup d’avantages, quoi qu’on en dise », remarque Matthieu Minguet.

Expédier au plus vite la corvée des démarches. Une fois sur place, il sera plus compliqué d'entreprendre les démarches administratives, notamment celles à réaliser en France. Or, elles sont nombreuses : impôts, allocations familiales, caisse de retraite, Pôle emploi, ambassade… Si l'employeur peut s'occuper d'une partie des formalités, ceux qui partent sans l'appui d'une entreprise sont livrés à eux-mêmes. C’est le cas des personnes qui souhaitent partir à l'étranger pour créer leur entreprise ou des étudiants et retraités en quête d’une nouvelle expérience.

S’assurer du niveau de protection sociale du pays d’expatriation. En Europe, il existe un système de coordination des régimes de protection sociale qui garantit la continuité des droits et prestations des citoyens européens. Quarante autres Etats dans le monde ont signé une convention bilatérale avec la France. Seuls 3 pays de l'OCDE ne sont pas concernés : la Nouvelle-Zélande, le Mexique et l'Australie. Sachez-le ! Bien souvent, un salarié français qui n'est pas "détaché" peut perdre beaucoup d'avantages puisqu'il ne dépend plus du système français de protection sociale.

Une fois sur place, ne pas rester isolé. « Quand on arrive dans un pays étranger, on se retrouve tout seul et loin de son environnement habituel. On change de pays, de culture, parfois de langue, on doit se créer du lien social, se refaire des amis. C’est compliqué. Pour une intégration rapide, hormis les réseaux de Français à l’étranger, nous conseillons aux expatriés de s’inscrire dès leur arrivée dans des clubs associatifs (sportifs par exemple) pour rencontrer la population locale, hors du contexte professionnel », conseille Olivier Desurmont, du cabinet Cooptalis.

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles