Vous êtes ici

« Favoriser l’accès des personnes handicapées aux nouveaux métiers »

Publié le 13 Novembre 2015

Interview : Guy Bierne, Délégué Régional Agefiph Nord Pas-de-Calais
 

Vous avez pris vos fonctions dans la région Nord Pas-de-Calais le 1er juin dernier, quelles sont vos priorités ?

Au cours des premières semaines, je me suis attaché à prendre les contacts nécessaires à la poursuite de la mission de l’Agefiph sur le territoire et à identifier au plus vite les interlocuteurs avec qui nous allons travailler. Néanmoins, nos priorités sont inchangées et demeurent l’accès à la formation professionnelle, particulièrement par le biais de l’alternance, et le maintien dans l’emploi des salariés en risque de licenciement pour inaptitude. Le contexte actuel est particulier : un territoire qui se prépare à la fusion prochaine des régions et le déploiement effectif de la loi du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, pour ne citer que ces deux évènements.
 

Quelle est la situation de l’emploi des personnes handicapées dans notre région ?

Le Nord Pas-de-Calais est une région où le besoin est supérieur à la moyenne nationale. En 2014, plus de 34 300 demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi (DEBOE) étaient inscrits à Pôle Emploi, soit une progression de 9,9% en un an (+8,7% dans le Nord et +11,7% dans le Pas-de-Calais). Ces demandeurs d’emploi présentent des difficultés d’insertion dans l’emploi, notamment les personnes de 50 ans et plus (43% contre 20% pour le tout public) et les chômeurs de longue durée (60% contre 48% pour le tout public). 
 

Comment l’Agefiph agit-elle pour aider les personnes handicapées à trouver un travail et/ou se maintenir dans l’emploi ?

L’Agefiph n’agit pas seule. L’efficacité de notre action repose sur des partenariats forts, déployés sur l’ensemble du territoire. En premier lieu, une convention multipartite associe, au niveau national, l’ensemble des acteurs institutionnels intervenant sur le champ de l’emploi des personnes en situation de handicap. En second lieu, au niveau régional, nous avons noué de longue date des relations opérationnelles étroites, tant avec les représentants du monde économique (organisation patronales et syndicales) qu’avec le Conseil Régional, Pôle Emploi, les associations de personnes en situation de handicap ou le secteur de la formation professionnelle. Avec Pôle emploi par exemple, la convention signée par l’Agefiph vise notamment à développer l’effort de formation envers les demandeurs d’emploi. Enfin, nous menons notre travail en proximité avec nos partenaires-services que sont les Cap Emploi (service aux demandeurs d’emploi), Alther (service aux entreprises) et les Sameth (service pour les salariés en difficulté).
 

La loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a été promulguée le 6 mars 2014. Modifie-t-elle le cadre d’intervention de l’Agefiph ?

Cette nouvelle loi offre incontestablement des leviers d’action en direction des travailleurs handicapés. En vigueur depuis le 1er janvier 2015, le CPF (Compte personnel de formation) concerne tous les salariés du privé et, évidemment, ceux en situation de handicap, qui peuvent mobiliser leur compte personnel de formation en complément des obligations de formation de leur employeur. L’abondement financier de l’AGEFIPH est d’ores et déjà organisé en complément de l’ensemble des aides de droit commun. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de déployer l’ensemble de la boite à outils de ce dispositif, pour les demandeurs d’emploi comme pour les salariés handicapés : professionnalisation des conseillers en charge du CPF (accueil des publics) ; accès à des métiers nouveaux ou dits en tension. Enfin, une liste régionale des formations éligibles au financement Agefiph est disponible. La mise en oeuvre du Conseil en évolution professionnelle (CEP) est quant à lui assuré, notamment par les équipes Cap Emploi.
 

Le développement de l’alternance est une des priorités de l’Agefiph depuis 3 ans. Où en sommes-nous ?

Dans le Nord Pas-de-Calais, nous constatons un développement important de l’alternance, avec une croissance de 23% en un an des contrats aidés par l’Agefiph. Le dispositif mis en place se veut complet. Avec Alther, nous voulons donner de l’appétence aux formations en l’alternance auprès des entreprises comme des bénéficiaires. Nous agissons également avec les OPCA pour développer le contrat de professionnalisation et nous avons le projet de nous rapprocher des CCI et de la Chambre des métiers afin de développer l’apprentissage. L’Agefiph dispose d’un ensemble d’aides pour favoriser la contractualisation et sécuriser le parcours de l’alternant par la mise à disposition d’experts qui assurent un accompagnement pendant la durée du contrat. En résumé, l’Agefiph sensibilise les employeurs, prépare et accompagne les bénéficiaires et sécurise le parcours de formation. L’alternance offre aujourd’hui une vrai opportunité d’accès à l’emploi, y compris dans les situations nécessitant d’envisager de véritables reconversions professionnelles.
 

La « grande région » Nord Pas-de-Calais Picardie verra le jour le 1er janvier 2016. Quel est l’enjeu de ce découpage territorial pour l’Agefiph?

Une seule région, 5 départements à l’horizon 2016 : à nous d’être vigilants pour que les personnes et les entreprises conservent un équitable accès à toute notre offre d’intervention et ce sur l’ensemble du nouveau territoire. Ainsi, tous les services et les aides de l’Agefiph qui sont aujourd’hui déployés en Picardie comme dans le Nord Pas-de-Calais, le seront demain, dans un souci de continuité et de couverture régionale. Nous ne poursuivons qu’un seul but : que notre action soit encore plus efficace sur l’ensemble du territoire de cette future grande région.
 

Depuis le 10 septembre dernier, l’Agefiph a une nouvelle présidente nationale en la personne d’Anne Balthazar (issue du collège salarié, syndicat FO). Cette nouvelle mandature va-t-elle fixer de nouveaux objectifs ?

Cette nouvelle mandature assure pour le moment une continuité des actions engagées. Néanmoins, dans les semaines à venir, il lui faudra définir ses propres priorités tout en assurant à l’Agefiph la place et le rôle qui lui incombent de par la loi, sur le champ de l’emploi et de la formation des personnes en situation de handicap. 
 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles