Vous êtes ici

Formation et intérim : tour d’horizon des dispositifs

Tags : Automobile -
Publié le 20 Mai 2016

Avec la reprise du marché automobile, les grands acteurs de l’intérim accompagnent les intérimaires dans le développement de leur employabilité.

« Depuis quelques mois, les trois grands constructeurs ont des besoins simultanés, ce qui crée une tension sur le marché. Nous recherchons des compétences pour tous les métiers de l’automobile, des personnes opérationnelles rapidement. Pour cela, nous mobilisons des fonds importants pour faire monter en compétences et favoriser l’employabilité des travailleurs intérimaires », confirme Philippe Legrand, directeur du secteur Opale-Artois chez Manpower. Quatre dispositifs de formation sont ainsi fréquemment utilisés:

Le contrat de professionnalisation vise l’insertion ou la réinsertion professionnelle des jeunes de moins de 26 ans et des demandeurs d’emploi de 26 ans et plus, afin de leur permettre d’acquérir une qualification professionnelle reconnue.

Le Contrat d’Insertion Professionnelle Intérimaire (CIPI) favorise l’insertion, ou la réinsertion dans l’emploi, de personnes sans emploi, inscrites ou non comme demandeur d’emploi.

Le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire (CDPI) permet à des intérimaires peu ou pas qualifiés d’accéder à un premier niveau de qualification ou à une qualification différente, voire complémentaire. Pour y être éligible, il faut totaliser 450 heures de mission dans les 18 derniers mois.

 

Consultez l'ensemble des annonces d'emploi dans la filière Automobile

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles