Vous êtes ici

Formations dans la mode : le sur-mesure adapté à tous les profils

Publié le 3 Juillet 2015

La France est une référence mondiale dans le domaine de la mode. Mais aujourd’hui, il ne suffit plus d’avoir un bon coup de crayon (ou de ciseaux) pour se faire recruter : les compétences en gestion, management, commerce sont tout aussi indispensables !

Avez-vous plutôt la fibre créative ?

Directeur de collection, responsable bureau d’études, styliste, modéliste, chargé de projet R&D : la création reste au cœur des métiers de la mode, du textile et du luxe. Souvent associés à l’univers florissant du luxe, ces métiers n’en finissent pas de faire rêver ! Ils peuvent se préparer dès la fin du collège avec notamment le Bac STI arts appliqués, mais aussi des CAP et BEP plus spécialisés (CAP Mode et chapellerie par exemple). Les lycées Sévigné de Tourcoing, du Détroit à Calais et Sonia Delaunay Lomme préparent aux Bac Pro, CAP et BTS. Ainsi, le BTS design de mode textile et environnement est très prisé des recruteurs. Plusieurs écoles publiques proposent des DMA (diplôme des métiers d’art), comme les prestigieuses écoles parisiennes (Duperré, Olivier de Serre, Estienne et Boule) et des DSAA (Diplôme Supérieur d'Arts Appliqués), comme l’ESAAT de Roubaix (Ecole Supérieure des Arts Appliqués et du Textile) qui propose un DSAA Design option Mode en 4 ans. Les écoles spécialisées, en 3 ou 5 ans, sont accessibles en première année aux titulaires d’un bac général et en admission parallèle pour les autres cursus d’arts appliqués (BTS, DMA…). Parmi elles, la célèbre Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD) et bien sûr les écoles du réseau ESMOD et son fleuron roubaisien. « ESMOD est la plus ancienne école de mode au monde. Elle a été fondée en 1841 à Paris et compte aujourd'hui 22 campus dans le monde. A Roubaix, nous accueillons 300 étudiants sur 3 ans. En arrivant, ils ont tous en eux la passion et l’amour de leur (futur) métier. Ils viennent ici acquérir la technique qui va pouvoir exacerber leur créativité », explique Philippe Zmirou, directeur d’Esmod Roubaix et de l’ISEM, l’école de commerce 100 % dédiée aux métiers de la mode, basée sur le campus roubaisien.

 

Ou plutôt l’esprit scientifique ?

Pour les profils plus scientifiques qui souhaitent intégrer l’industrie textile, deux niveaux d’étude existent : un BTS productique textile (options filature, bonneterie, tissage et ennoblissement) mais également un niveau Bac +5 via les diplômes d’écoles d’ingénieurs. Parmi elles, HEI à Lille et la prestigieuse ENSAIT (Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles) de Roubaix. « L’ENSAIT est la dernière école d’ingénieur en France à former des ingénieurs du textile. Les débouchés sont nombreux : production, qualité, logistique, commercial & marketing, R&D et design. Nous proposons une formation ouverte à l’international qui correspond bien à la mondialisation de la filière textile », indique Eric Devaux, directeur par intérim de l’école roubaisienne créée en 1876.

 

Innotex : l’incubateur consacré au textile

Depuis 1998, l’incubateur Innotex, installé au sein du CETI à Tourcoing, accompagne les projets innovants dans le textile. Conditions pour l'intégrer : que le projet soit orienté textile, qu’il soit innovant et qu’il valorise la région ! « Il s'agit du seul incubateur de France consacré au textile. Nous accompagnons une quinzaine de projets par an en flux continu, et nous en créons entre 4 et 8 par an. Les créateurs incubés chez Innotex sont essentiellement issus de la région. Mais des Parisiens sont attirés par notre environnement d'excellence. Ils savent néanmoins que la condition pour intégrer l'incubateur est de créer son entreprise et de la faire grandir dans la région », explique Sylvain Gérard, directeur d’Innotex.

« L’incubation s’arrête au moment où la société est créée. Notre mission est de préparer un porteur de projet ou une équipe jusqu’à la réussite de sa première levée de fonds », ajoute Sylvain Gérard qui cite en exemple des entreprises comme Fitizzi, l’assistant shopping, ou Where Is My Boat, inventeur de vêtements contre le mal de mer. Depuis sa création, l'incubateur a traité plus de 200 projets, 30 créations d'entreprises et 170 emplois directs.

 

Formations par l’apprentissage

Créé en 1942 par Jean-Baptiste Pennel, le Centre Intertextile d'Apprentissage de Roubaix-Tourcoing-Vallée de la Lys s'est regroupé en 1988 avec le Groupement d'Apprentissage et de Formation de l'Industrie Textile de Lille pour former le CIA-GAFIT. Installé depuis 1994 à Tourcoing, le CIA-GAFIT est le seul centre d'apprentissage dans la région qui forme des opérateurs dans tous les domaines de l'activité textile habillement. Il propose également une offre de formation continue des salariés des entreprises textiles. www.cia-gafit.com.

 

17 métiers autour de la mode

Bonnetier, chapelier, couturier, modiste, photographe… le Fonds national de promotion et de communication de l'artisanat propose un zoom sur les métiers de la mode à travers une vingtaine de fiches métiers synthétiques. www.artisanat.info/metiers-theme/mode.

 

Inscription en juillet : rendez-vous au Salon du Bac à Lille

Le 8 juillet prochain à la Gare St Sauveur se tient le Salon du Bac « Où s’inscrire en juillet ? » de 12 h à 19 h. Ce salon est destiné à tous ceux qui, en juillet, n’ont pas encore fait le choix de leur orientation pour la rentrée 2015 ou encore pour les étudiants actuellement en 1re ou 2e année d’études cherchant à se réorienter.

Les thématiques abordées :

– Où s’inscrire avec ou sans le bac ?

– Se réorienter après 1 ou 2 années d’études.

– Inscription APB, la procédure complémentaire.

– L’entrée est gratuite.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur : lavoixletudiant.com

 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles