Vous êtes ici

Numérique : un gisement d’emplois

Publié le 19 Octobre 2017

Le secteur numérique participe pleinement à la reprise en France avec plus de 19 000 emplois nets créés en 2016, portant les effectifs du secteur à 447 000 salariés*.
En 2015, le secteur avait déjà créé plus de 15 000 emplois nets. Ces chiffres illustrent le dynamisme des entreprises d’un secteur qui doit faire face à une grande pénurie de compétences sur certains profils. 
 
Dans sa dernière étude, le Syntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique, livre trois chiffres intéressants : le secteur emploie 94% de CDI, 69% de cadres et offre une rémunération brute moyenne de 49,4 K€ pour un temps plein. « Ces nouvelles données confirment l’attractivité de notre secteur qui est aujourd’hui l’un des plus dynamiques et plus que jamais porteur d’avenir : nous ne connaissons pas en effet la majorité des métiers et des compétences que le numérique créera demain. Nous invitons donc vivement les nouvelles générations à se diriger vers notre filière, source d’opportunités de carrière et en recrutement perpétuel », a commenté Godefroy de Bentzmann, son président. Un enthousiasme que partage largement Bertrand Tierny, délégué régional pour les Hauts-de-France. Il faut dire qu’avec 22 300 salariés en 2016 (en croissance de 6,5% par rapport à 2015) et 25 000 annoncés en 2020, le secteur du numérique impacte fortement le tissu économique de la région. Il ne se passe plus une semaine sans qu’une entreprise du secteur annonce qu’elle recrute : Cap Gemini, GFI, Mapwize, booking.com, Vekia, Altimance, etc. Il y a un mois, OVH a annoncé le lancement d’une grande campagne de recrutement. L’entreprise roubaisienne leader européenne du Cloud, recherche 1 000 collaborateurs partout en France, dont 200 à Roubaix, principalement dans le digital et certaines fonctions support.  
 
L’humain avant la technique 
 
Pourtant, malgré une très forte attractivité auprès des jeunes, le secteur se heurte à une pénurie chronique de talents qui pourrait constituer un frein au développement de la filière. On sait par exemple que, chaque mois, entre 100 et 200 emplois sont proposés par les entreprises d’Euratechnologies mais ne trouvent pas preneurs. « Pour un poste de développeur par exemple, il y a 0,6 candidat en face. Et selon une récente étude du Fafiec, organisme qui finance la formation professionnelle des métiers du numérique, 36% des entreprises du secteur disent avoir renoncé au moins à une création nette d’emploi ces 18 derniers mois faute de candidature adaptée », déplore Bertrand Tierny qui invite les entreprises à être plus créatives dans leurs recrutements. « Les métiers du numérique sont des métiers où il faut savoir travailler de façon collective, où l’humain prime sur la technique. J'incite les recruteurs à faire preuve d’audace en proposant des profils différents qui peut être vont sortir du cadre de la fiche de poste stricto sensu mais qui vont révéler un extraordinaire potentiel humain. Car la technique s’apprend contrairement aux qualités humaines », ajoute-t-il. 
 
*Source : Syntec Numérique - Septembre 2017
 
 
A lire sur le même sujet :
 
 

Et découvrez toutes nos offres d'emploi ! 

 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles