Vous êtes ici

Premier emploi : qu’est ce qui fait la différence ?

Publié le 6 Juin 2016

Tenaces les jeunes diplômés ? En 2014, pour trouver un emploi, ils ont du envoyer en moyenne 27 CV et consacrer 11 semaines à leur recherche d’emploi. Mais connaissent-ils réellement les réalités du marché du travail ?

Le diplôme fait plus que jamais la différence

Vrai !La génération actuelle se présente sur le marché du travail avec un niveau d’études plus élevé que la génération 2004. Si le nombre de jeunes sortant sans diplôme était encore de 16 % en 2010 (contre 18 % en 2004), la part de diplômés de niveau master ou plus est passée de 14 à 17 % d’une génération à l’autre, selon une étude réalisée en 2013 par le Cereq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Trois ans après leur sortie du système éducatif, plus d’un jeune actif sur cinq est en recherche d’emploi, soit le niveau le plus haut jamais observé dans les enquêtes d’insertion du Céreq. Mais près d’un jeune non diplômé sur deux se déclare en recherche d’emploi trois ans après la sortie du système éducatif, soit un bond de 16 points par rapport à la génération précédente. En résumé, le diplôme reste aujourd’hui le meilleur passeport pour l’emploi !

 

Les qualités personnelles comptent plus que les stages

Pas faux ! « Rien ne vaut l’expérience » : voilà ce que beaucoup de jeunes entendent lorsqu’ils sont à la recherche d’un premier emploi. Alors, ils enchainent les stages pour espérer se créer une légitimité dans le métier qu’ils ont choisi. Selon le réseau professionnel Linkedin, les jeunes diplômés font fausse route : les recruteurs favoriseraient davantage les qualités personnelles (31 %) aux stages (19 %). Et parmi ces qualités, les plus appréciées sont l’adaptabilité (61 %), la positivité (48 %), la créativité (47 %) et l’esprit d’équipe (42 %). Les recruteurs misent sur un effet immédiat des qualités personnelles des candidats et ces dernières peuvent même être un élément déterminant pour différencier deux candidats qui aurait le même parcours.

 

Faire (une partie de) ses études à l’étranger est un atout

Vrai ! Les étudiants qui ont suivi le programme européen Erasmus seraient 23 % de moins à chercher un emploi que les autres étudiants cinq ans après la fin de leurs études, selon RégionsJob. Ne pas trouver d’emploi en France est d’ailleurs la première raison pour laquelle s’expatrient les jeunes, avant l’envie d’enrichir leur CV ou la volonté de maîtriser une langue étrangère. Une formation ou une expérience personnelle à l’étranger renforce réellement l’employabilité sur le marché du travail et permet de se différencier. Un retour sur investissement qui s’avère plutôt payant !

 

En bref…

Les annonces emploi ont toujours la cote !

Une étude menée par Deloitte en 2016 révèle que pour 33 % des jeunes diplômés, c’est leur diplôme qui leur a ouvert le monde de l’entreprise. En revanche, le diplôme n’est pas forcément pour eux synonyme de bonne rémunération ni d’emploi de premier choix. Pour trouver leur poste actuel, les jeunes interrogés ont privilégié les annonces (35%), le bouche-à-oreille (25%), les réseaux sociaux (13%) ou encore la candidature spontanée (14%).

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles