Vous êtes ici

Salariés intérimaires : des dispositifs efficaces

Publié le 1 Février 2016

C’est souvent par l’intérim que l’on voit les premiers signes de reprise et inversement. Tour d’horizon des dispositifs accompagnant l’accord de juillet 2013 sur la sécurisation des parcours professionnels des salariés intérimaires.

Le CDI intérimaire

Le CDI intérimaire est entré en vigueur en mars 2014 en application de l'accord sur la sécurisation des parcours professionnels des intérimaires conclu le 10 juillet 2013. En résumé, un salarié sous contrat de travail temporaire (appelé CDI intérimaire) est un salarié embauché et rémunéré par une entreprise de travail temporaire qui le met à la disposition d’une entreprise utilisatrice pour une mission d’une durée limitée. En France, 2 200 contrats ont été signés à ce jour. Le patronat s'était fixé un objectif de 20 000 signatures d'ici à 2017 - soit près de 4 % des 549 000 intérimaires. Dans la région Nord Pas-de-Calais Picardie, Adecco a embauché 400 personnes en CDI en 2015. « Nous remarquons un vif intérêt pour ce contrat à la fois de la part des entreprises mais aussi des intérimaires, tous secteurs et tous âges confondus. En effet, alors que l’on parle souvent de flexisécurité, ce contrat amène de la flexibilité tout en étant sécurisé. Pour une partie de nos intérimaires fidèles, c’est effectivement un beau contrat », explique Pierre Lombard, directeur opérationnel Adecco Grand Nord, qui vise la signature de 800 contrats dans la région à fin 2016. Pour le rendre plus attractif, la loi dite “Rebsamen“ d’août 2015 a allégé considérablement l'application du CDI intérimaire par la suppression du délai de carence entre les missions et l’allongement de la durée maximale des missions à 36 mois.

 

La formation sur des métiers nouveaux

L’accord sur la sécurisation des parcours prévoit aussi l'augmentation de la durée d'emploi pour certains intérimaires en contrat classique (40 heures supplémentaires/an pour les salariés qui travaillent 800 heures sur l'année) ainsi que la création d'un fonds de sécurisation des parcours des intérimaires. « Un intérimaire qui a travaillé entre 400 et 1 300 heures dans l’année peut bénéficier de programmes visant à renforcer son employabilité. Ces programmes nous permettent de proposer des profils fidèles et de plus en plus expérimentés », se satisfait Xavier Delanglès, responsable régional Ressources et Compétences de la Direction Régionale Nord de Manpower. 22 500 intérimaires Manpower ont profité de ce dispositif en France depuis sa mise en place.

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles