Vous êtes ici

Services à la personne : 1,5 million de salariés et plus encore demain…

Publié le 5 Octobre 2017

Le secteur des services à la personne (SAP) emploie 1,5 million de salariés en France, diplômés ou non. Compte-tenu du vieillissement de la population et d’une natalité plutôt dynamique dans notre pays, ce secteur à fort potentiel de développement est un gros réservoir d’emplois pour les années à venir. 
 
C’est l’un des secteurs les plus dynamiques de l'économie française. Il offre une palette d’activités très large, de la garde d’enfants aux petits travaux de jardinage, de l’accompagnement au quotidien d’une personne âgée ou handicapée en passant par de l’assistance informatique, du soutien scolaire ou des soins esthétiques à domicile. On sait par exemple que les métiers de l’aide à domicile et d’assistants maternels figurent parmi les métiers qui bénéficieront des plus gros volumes de créations d’emploi d’ici à 2022. Le secteur doit son dynamisme à une grande diversité d’acteurs. Sur les 36 195 organismes de services à la personne recensés au 1er janvier 2017 par la base de données NOVA, 79,5% étaient des entreprises (dont des autoentrepreneurs), 16,8% des associations, et 3,7% des établissements publics. Pour rappel, le recours aux services à la personne peut s’effectuer selon deux modes : l’emploi par le particulier ou le recours à un organisme prestataire. Dans le premier cas, le particulier peut soit être l’employeur direct de la personne soit passer par une structure mandataire qui se charge des formalités administratives d’embauche en contrepartie d’une contribution représentative des frais de gestion. En mode prestataire, l’organisme met à disposition du particulier ses intervenants. Le particulier est alors client de l’organisme qui lui facture la prestation.
 
Mieux-vivre au quotidien
Les enjeux des services à la personne se retrouvent dans la recherche d'un mieux-vivre au quotidien en améliorant le confort de vie des personnes qui ont de plus en plus besoin de déléguer certaines tâches. Certes, le secteur est promis à un bel avenir car il répond à de vrais besoins de société. Mais il doit aussi faire face à la concurrence du travail non déclaré et à des enjeux de rentabilité pas évidents à trouver. Ce n’est pas un hasard si le secteur affiche un taux de défaillance d’entreprises parmi les plus élevés de France : 1 entreprise sur 4 dépose le bilan au bout de 2 ans. La solution ? « Innover pour redonner du pouvoir d’achat aux 4,5 millions de Français faisant appel chaque année aux services à la personne, relancerait l’activité du secteur et créerait environ 200 000 emplois », affirme une récente tribune publiée dans Le Journal du Dimanche par Pierre Gattaz, président du MEDEF, et quatre autres personnalités du monde de l’entreprise et de la banque appelant à une rénovation du système de financement du secteur. « Revoir le fonctionnement du crédit d’impôt accordé pour les emplois à domicile pourrait non seulement relancer les embauches mais également éradiquer en partie le travail au noir », assure Arnold Fauquette, fondateur en 2007 de Vivat dans la métropole lilloise et référent régional de la FESP (lire parole d’expert).  
 
 

 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles