Vous êtes ici

Transport/logistique : sans délais

Publié le 20 Mars 2017

Les Hauts-de-France sont la 3ème région logistique de France. La filière emploie 70 000 personnes dans la région et entraine dans son sillage le monde du transport. Intimement liées et en quête de candidats passionnés, ces deux activités recrutent massivement. 
Avec la mondialisation et le développement du e-commerce, le secteur de la logistique et du transport s’est fortement développé. Il est aujourd’hui l’un des plus grands pourvoyeurs d’emplois en France avec près de 1 400 000 salariés. Sa mutation s’accompagne de nombreux recrutements et d’une augmentation du niveau de qualification de sa main-d’œuvre. Des métiers de terrain aux fonctions support, les besoins sont croissants et les jeunes diplômés accueillis les bras ouverts. 
 
S’il recrute chaque année en France près de 30 000 nouveaux conducteurs, le transport routier fait face à une grave crise des vocations. Le métier fait partie des trois premiers métiers pour lesquels il est le plus difficile de trouver des candidats, selon une étude du groupe Manpower. Pourtant, selon le cabinet Randstad, près de 15 000 projets de recrutements de routiers sont recensés par Pôle Emploi chaque année. Mais reste l’image d’un métier peu valorisé. « Dans l’imaginaire collectif, le monde du transport se résume à des camions conduits par des chauffeurs avec des gros bras, tatouages et compagnie », regrette Frédéric Marsy, dirigeant de l’entreprise familiale éponyme basée La Bassée. « Il est vrai que nous avons certainement été la dernière profession à utiliser le minitel et le télex, comme le fax jusqu’à très peu de temps. Mais les temps ont changé et la profession s’est modernisée », ajoute l’affréteur. 
 
Virage technologique
Car le transport a plutôt bien négocié le virage de la transformation digitale. « Nous sommes confrontés à de nombreux enjeux – sécurité, traçabilité, coûts, qualité, délai. A cela s’ajoute la concurrence féroce entre transporteurs européens qui maintient une pression permanente sur les tarifs. Nous devons sans cesse chercher à améliorer notre productivité et le service rendu aux clients », indique Frédéric Marsy. Même constat dans le secteur de la logistique où les nouvelles technologies occupent une place de plus en plus importante : progiciels de gestion intégrée, systèmes de géolocalisation, identification par radiofréquence RFID et NFC, QR Code, robots de palettisation... La filière recrute principalement des opérateurs formés à l’utilisation de ces outils sophistiqués.
« On dit que 40% des métiers de demain ne sont pas encore connus. C’est précisément le cas de la logistique qui offre aux jeunes une large palette de métiers et autant d’occasions de choisir une activité qui les fasse réellement vibrer », conclut Thierry Vandamme, directeur de l’ISTELI Lille, qui alerte sur la nécessité urgente de revaloriser le métier pour promouvoir la relève.
 

 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles