Vous êtes ici

Transport / logistique : une palette de métiers

Publié le 9 Mars 2018

Mi-janvier, le dispositif Tremplin a recensé 1 782 besoins en recrutement dans les entreprises de transport et logistique des Hauts-de-France. La majorité des postes à pourvoir concernait les principaux pôles logistiques dans le Douaisis, le Beauvaisis, à Lens-Hénin et dans la métropole lilloise. Pourtant, malgré une large palette de métiers, les entreprises du secteur peinent à recruter.

L’initiative Tremplin (TRansport EMPLoi INnovation) est née de ce questionnement inquiétant : comment faire face aux difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises de transport et de logistique ? La FNTR, l’Union TLF, la FNTV, la CSD et l’Unostra ont donc lancé en septembre 2017 l’initiative Tremplin, grande mobilisation en faveur de l’emploi, du recrutement et de l’attractivité dans le transport routier de marchandises, de voyageurs, de la logistique et du déménagement. Dans toute la France, plus de 22 000 besoins en recrutement ont ainsi été recensés. Dans la région, 3ème région logistique de France avec 68 500 emplois, les besoins sont immenses. Les entreprises, toutes tailles et activités confondues, recherchaient il y a encore quelques semaines plus de 1 300 conducteurs routiers (conducteurs en transport routier de marchandises, conducteurs en transport routier de voyageurs, conducteurs déménageurs). Elles recrutaient également 260 opérateurs en logistique : préparateurs de commandes, caristes, agents de quai, manutentionnaires, essentiellement des profils CAP à Bac+2.

 

« Travailler dans les transports, ce n’est plus uniquement conduire des camions ! »

 

Dynamique et riche d’innovations, le secteur recrute en réalité à tous niveaux de qualification. Ses métiers sont de plus en plus qualifiés et en constante évolution car le secteur poursuit sa mutation pour s'adapter à l'internationalisation des échanges, aux nouveaux modes de consommation, à l'essor du e-commerce, à l'informatisation et à l'automatisation des process, aux contraintes environnementales. Par conséquent, les recruteurs sont de plus en plus friands de profils ingénieurs et spécialistes très qualifiés, à partir de bac+5. Mais voilà, « rares sont les jeunes générations qui, d’entrée de jeu, veulent s’orientent vers les métiers du transport, contrairement à la logistique qui jouit d’une certaine attractivité. Les transports souffrent encore d’une vision réductrice c’est-à-dire le chauffeur routier à bord de son poids lourd. C’est sans tenir compte de la dimension multimodale qui ouvre un spectre de métiers très large. Nous avons encore à mener un gros travail de séduction auprès de ces jeunes pour leur démontrer que travailler dans les transports, ce n’est plus uniquement conduire des camions ! », lance Célia Cossenet, chargée des Relations Entreprises pour le CFA Promotrans des Hauts-de-France et Sup de Log Lille (lire Parole d’expert). D’autant que les entreprises du secteur transport et de la logistique recrutent toute l’année, et l’été en particulier, pour remplacer les titulaires partis en vacances...

Retrouvez les offres d'emploi du transport et logistique

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles