Vous êtes ici

Un entretien, ça ne s’improvise pas !

Publié le 9 Juillet 2015

Photo : Jean-Michel Cambrai, Directeur associé , Cabinet de recrutement Selescope

Passer un entretien, c’est bien. Décrocher un job, c’est mieux. Mais convaincre un recruteur ne s’improvise pas. Encore faut-il comprendre ce qu’il attend de vous et savoir faire la différence.

Si le recruteur vous reçoit en entretien, c’est qu’a priori votre candidature l’intéresse ! Il va donc chercher à vérifier si elle correspond à ce qu’il avait imaginé de vous. Il voudra connaître votre parcours, vos motivations (pourquoi quittez-vous cette entreprise ? pourquoi souhaitez-vous rejoindre celle-là ?), vos projections dans le poste (évolution, rémunération), ainsi que vos savoir-faire, compétences et expériences concrètes. Car si un recruteur se trompe sur un candidat, et cela arrive, l’entreprise risque d’en sortir fragilisée. Il cherchera donc aussi à vérifier si votre personnalité s’intégrera bien à l’esprit de l’entreprise, au service dans lequel vous devez travailler, et si vous travaillerez harmonieusement avec vos collègues et supérieurs. « Notre méthodologie est suffisamment sélective pour proposer à nos clients (les entreprises) les profils les mieux adaptés. Pour gagner en efficacité, nos annonces sont volontairement précises et ciblées. Ainsi, entre le moment où nous passons l’annonce et le moment où l’on recrute, il se passe 6 semaines tout au plus. Nous n’avons pas de temps à perdre, car nous savons que les bons candidats ont toujours plusieurs pistes », explique Jean-Michel Cambrai, du cabinet lillois Selescope, seul cabinet en Europe à mener des entretiens d’embauche avec le client.

 

Tout savoir sur l’entreprise qui recrute

Prendre le temps de recueillir des informations sur l'entreprise visée témoigne de votre motivation à la rejoindre. Cela vous permettra de mieux comprendre les attentes du recruteur et donc d'adopter le ton juste. Renseignez-vous sur l’effectif de l’entreprise, les produits qu’elle commercialise, le nom de ses dirigeants, ses dates-clés, sa position sur le marché, ses projets. Puis, collectez les informations qui concernent directement votre champ d’expertise. Vous briguez un poste de commercial ou de directeur financier ? Vous devez connaître la part de marché de l’entreprise que vous souhaitez intégrer ainsi que son taux de pénétration. Si vous visez un poste de communicant, renseignez-vous sur les campagnes de publicité que l’entreprise a lancées ainsi que sur l’image qu’elle souhaite véhiculer. C’est sur la toile que vous trouverez le plus d’informations. Les recruteurs conseillent de privilégier les sites corporate des entreprises. Si vous souhaitez intégrer un groupe coté en bourse, la presse économique et financière ainsi que les sites boursiers sont une mine d’informations. Enfin, les Chambres de commerce et d’industrie disposent, quant à elles, de fichiers sur chacune des TPE, PME et groupes de votre région. Encore mieux, en contactant un salarié déjà en poste, vous pourrez recueillir des informations précieuses, directement à la source.

A savoir

Selon les résultats d’une étude mondiale menée par un site de recrutement, moins d’une personne interrogée sur cinq (19%) est à l’aise pour négocier son salaire lorsqu’il accepte un nouvel emploi. Et plus d’un tiers des personnes (36%) se déclare « très gêné » à l’idée de devoir aborder cette question. Pourtant essentielle…

 

Parole d'expert

Sébastien Lenne, directeur région Nord-Est chez Michael Page
 
L’entretien de recrutement a-t-il évolué avec le temps ?
Non absolument pas, ce sont plutôt les outils qui ont évolué. Nous nous adaptons aux nouveaux modes de communication. Ainsi, les webcam, Skype et autres solutions de visioconférence sont de plus en plus utilisés par les recruteurs, car ils permettent une certaine réactivité. Mais l’entretien de visu reste la règle dès lors que le candidat passe l’étape suivante, celle du deuxième entretien. 
 
Lors de l’entretien, qu’est ce qui va faire la différence ?
Tout fait la différence car nous évaluons une somme de petites choses. Dans le contexte actuel où le marché est tendu, un candidat doit avant tout rassurer l’employer sur ses compétences, sur son savoir-être et sur sa capacité à intégrer la culture de l’entreprise pour laquelle il postule. 
 

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles