Vous êtes ici

Banque, Assurance, Mutuelle : une grande diversité de métiers, souvent méconnus

Publié le 17 Avril 2015

« Aimer le contact, savoir écouter ses clients, être réactif », telles sont, selon Vincent Fraissé (photo), les qualités requises pour travailler dans l’assurance.

La banque reste l’un des plus gros recruteurs de France pour la population cadres supérieurs et cadres intermédiaires. Le secteur de l’assurance, qui recrute 10000 personnes par an, selon l’Observatoire des métiers de l’Assurance, offre quant à lui une grande diversité de métiers assez méconnus.

Généralement, on distingue trois familles de métiers dans le secteur de la banque. Les métiers de la force de vente représentent 52 % des effectifs bancaires*. Qu’ils exercent en agence ou dans un centre d'appels, les conseillers de clientèle, les téléopérateurs et les responsables de point de vente constituent l'essentiel des troupes. Les métiers de traitement des opérations (26 % des effectifs), ou métiers du « back office », assurent le bon déroulement et le suivi des opérations bancaires. Ces techniciens informatiques ou administratifs traitent les opérations bancaires ou boursières, gèrent les contrats d'assurance... En dix ans, le nombre d'effectifs dans les back office a diminué, évolution technologique oblige. Enfin, du côté des fonctions supports, la banque emploie également des juristes, des auditeurs, des chefs de produits marketing ou encore des analystes risques. Les banques recherchent des profils de plus en plus qualifiés. « Afin de répondre à nos clients, exigeants, qui souhaitent que nous nous engagions et soyons responsables, il nous faut trouver des candidats matures, expérimentés, ayant validé un parcours bancaire », indique Anne-Marie Versaeilie, DRH au Crédit du Nord.

Actuaire, vous avez dit actuaire ?

Prévoir l’imprévisible, telle est la mission essentielle de l’actuaire, qui analyse les données statistiques et effectue les calculs de probabilité. Peu connu, ce métier de l’assurance évolue régulièrement. Les actuaires sont également courtisés par les banques, rentrées de plain-pied dans le monde des assurances. Le secteur de l’assurance recherche également des commerciaux ainsi que des experts dans le cadre de la directive européenne Solvabilité 2, qui contraint les compagnies à mettre en adéquation leur niveau de fonds propres avec les risques auxquels elles sont confrontées. Enfin, si on peut exercer le métier d’assureur au sein d’une compagnie d’assurance ou en tant que courtier, on peut également devenir agent général et être son propre patron. L’agent général est à la fois chef d’entreprise et mandataire de la société d’assurances dont il distribue les produits. C’est le cas de Vincent Fraissé qui vient d’ouvrir son cabinet Axa Prévoyance & Patrimoine, à Marcq-en-Barœul. « Spécialisé dans la protection des personnes, j’apporte également des solutions en matière d'optimisation fiscale et de transmission du patrimoine », explique cet ancien courtier « rentré par hasard dans l’assurance, dans les années 90, sans formation spécifique, après des études de droit ». Un parcours classique à l’époque mais qui serait plus compliqué aujourd’hui…

 

*Source : Observatoire des métiers de la banque.

A savoir :

L’Observatoire des Métiers de la Banque a publié en 2014 son « Guide des métiers-repères de la banque », en ligne sur www.observatoire-metiers-banque.fr

Pour l’assurance, vous pouvez consulter des fiches métiers sur le site Internet de l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance www.metiers-assurances.org.

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles