Partagez
cette
page

La validation des acquis de l'expérience (VAE)

Publié le 17 Avril 2015

(Photo : Fabien Frohlicher - Portrait ci-dessous)
 
La VAE permet de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir une certification professionnelle. Trois ans d’expérience en rapport avec le contenu de la certification visée sont nécessaires.
 
Reconnaissance des acquis
La VAE part du principe que l’expérience acquise dans une activité salariée ou non (cas des commerçants, libéraux, artisans ou agriculteurs) ou même bénévole, pendant une durée d’au moins trois ans a une valeur. Elle donne ainsi la possibilité de faire reconnaître ses compétences professionnelles par un titre, diplôme à finalité professionnelle ou un certificat de qualification. La VAE représente une 3ème voie d’accès aux diplômes et aux titres professionnels avec la formation initiale et la formation continue.   
 
Mode d’emploi
Toute personne, quel que soit son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation, peut postuler pour une VAE. Deux conditions sont nécessaires pour déposer une candidature : avoir au moins trois ans d'expérience salariée, non salariée ou bénévole. Le contenu de la certification désirée doit être en rapport avec l’expérience (éviter de briguer un diplôme de boulanger si vous avez été maçon par exemple). Rapprochez-vous ensuite de l’établissement qui délivre le diplôme en question pour en connaître les règles. L’ensemble des certifications existantes est répertorié sur le site de la commission nationale de la certification (www.cncp.gouv.fr).  
 
La VAE face à la réforme 
Le premier point concerne l’accompagnement à la VAE afin de favoriser sa réussite. Ainsi, chaque personne souhaitant obtenir la validation des acquis de l’expérience peut bénéficier d’un accompagnement pour monter son dossier et préparer son entretien devant le jury. La réforme de la formation professionnelle assouplit aussi ces critères de conditions d'accès en tenant compte des formations initiales ou continues pour les personnes ne disposant pas d’un diplôme de niveau V, c’est-à-dire équivalent à un CAP ou BEP. 
 
Où s’informer ?
Dans l’un des points conseils VAE de la région (liste sur www.vae-npdc.fr). Pôle Emploi, l’APEC, les missions locales, les CIO ou l’AFPA proposent également ce service.
 
Financement
Les acteurs de la formation professionnelle (Etat, Région, Fongecif…) participent au financement de la VAE. Le montant de la prise en charge dépend de la situation du demandeur d’emploi (salarié, secteur public ou privé, demandeur d’emploi…). Infos : www.vae-npdc.fr
 
Hausse des certifications
20 700 candidatures à un diplôme technologique ou professionnel de l’Éducation nationale ont été examinées par un jury de VAE en 2013 (- 0,4 % par rapport à 2012). 13 800 candidats ont obtenu une validation totale du diplôme postulé (+1%). Les trois quarts des demandes restent concentrées sur une trentaine de diplômes, avec toujours en tête le CAP «Petite enfance» et le diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES), même s’ils perdent tous les deux des candidats.
 
*www.education.gouv.fr - Note d'information - N° 40 - décembre 2014
 
CONTACTS
Pour des infos générales sur la VAE : www.vae.gouv.fr
Pour la Région : www.vae-npdc.fr
Un répertoire des certifications : www.rncp.cncp.gouv.fr
Un guide qui va plus loin : www.vaeguidepratique.fr
 
 
PORTRAIT : Fabien Frohlicher, 35 ans, ingénieur, 
lauréat VAE des trophées de la formation 2015
 
Je travaille depuis plus de huit ans dans l'univers industriel au sein de bureaux d'études et j'ai souhaité donner une nouvelle impulsion à ma carrière professionnelle en validant une VAE. Il se trouve que le diplôme d'ingénieur Mécanique dispensé par Polytech Lille correspondait parfaitement à mes attentes. En effet, en suivant ce cursus, j'ai pu valider et valoriser mes compétences et faire valoir mes connaissances pratiques et théoriques acquises au travers de mes produits déjà commercialisés. Il m'a fallu intégrer dès le départ l'investissement personnel requis tout au long de l'année. J'ai dû faire des compromis sur les sorties, les loisirs et accepter de travailler le soir après une journée de travail. Faire des "doubles" journées et m'investir à 100 % sur cette VAE afin d'obtenir le diplôme. D'un point de vue personnel, ça m'a ouvert les yeux sur la réalité industrielle et les enjeux associés. J'ai dû repousser mes limites et donner quotidiennement le meilleur de moi-même. L'exigence n'attend pas et ne tolère pas d'erreur. Ce fût une course de fond de 37 mois. Aujourd'hui j'occupe le poste d'ingénieur composant en charge de la création, industrialisation et développement de cadres de vélos pliants et VTT carbone haut de gamme.
 

Retour

emploi

   Les commerces de proximité recrutent

  UN PARTENARIAT AVEC LA REGION HAUTS DE FRANCE                                                                                             >    >   >    > 

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles