Vous êtes ici

Emploi IT : jeunes talents, où êtes-vous ?

Publié le 27 Octobre 2016

Dans les métiers IT, le nombre d’emplois devrait progresser de 1,8% par an d’ici 2022. Les ingénieurs en informatique seront les mieux lotis avec 90 000 créations nettes d’emplois, sur les 190 000 postes à pourvoir au total sur la période*.

Développement du cloud computing, du big data, de la mobilité, de la cyber-sécurité, des objets connectés, du paiement sans contact : afin de soutenir les projets de transformation digitale, les prévisions d'embauches de cadres informaticiens sont à la hausse. Dans son enquête consacrée aux prévisions des recrutements de cadres, publiée en février dernier, l’APEC estime entre 39 800 et 42 300 le nombre de recrutements d'informaticiens qui devraient être réalisés en 2016, en majorité par les ESN (Entreprises de Services du Numérique, ex-SSII), soit une hausse de 4% pour la fourchette basse et de 10% pour la fourchette haute par rapport à 2015. « En concentrant 21% de l'ensemble des embauches de cadres, l'informatique reste la filière locomotive du marché de l'emploi des cadres » , selon Jean-Marie Marx, directeur général de l'APEC. A cela s’ajoute le rôle important de l’innovation technologique dans le secteur. Selon lui, entre 30 500 et 32 400 recrutements devraient être réalisés sur l'année en cours en ingénierie recherche et développement pour répondre aux forts besoins des entreprises en innovation.

 

Où sont les femmes ?

Paradoxe : le secteur a beau embaucher massivement, il fait face à une pénurie chronique de candidats. A l’heure où les besoins des entreprises explosent et où le numérique pénètre chaque jour davantage dans notre vie quotidienne, la désaffection des jeunes pour les carrières scientifiques et techniques est criante. Chaque année, les grandes écoles d’ingénieur décernent un diplôme à quelque 35 000 jeunes gens, dont un quart seulement sont spécialisés dans l'informatique et les télécommunications, deux secteurs où il en faudrait 5 000 de plus, selon la Conférence des Grandes Ecoles (CGE). Si les métiers du numérique manquent de main-d’œuvre, c’est aussi parce que le secteur n’est pas suffisamment féminisé, estiment certains : 27% des salariés sont des femmes alors qu’elles sont 48% dans le reste de l’économie. Le numérique n’échappe pas au fameux plafond de verre puisque seuls 19% des cadres dirigeants sont des femmes. Le problème est mondial : chez Google, seul un cinquième des postes de direction est occupé par des femmes alors qu’elles représentent près d’un tiers des salariés. Pour faire face à cette pénurie de talents, le gouvernement a mis l’accent sur la formation rapide des jeunes à ces nouveaux métiers en créant en 2015 des « fabriques du numérique » susceptibles d’offrir des formations professionnalisantes de 3 à 18 mois. La bonne solution ? « Il y a effectivement de plus en plus de formations accélérées qui forment des super-experts à une technologie spécifique mais ce ne sont hélas pas les profils recherchés par les entreprises » , déplore Julien Dogny, consultant IT du cabinet lillois ITalent (lire ci-après).

* Source : rapport de France Stratégie sur l’emploi (avril 2015)

Retour

 

Tendances de recrutement
• Consultez tous les articles
Emploi & Secteurs d'activité
• Consultez tous les articles

 

Formation Professionnelle
• Consultez tous les articles
Alternance & Apprentissage
• Consultez tous les articles
Travailler en Belgique
• Consultez tous les articles